Parenthese - Grossesse - Le Carnet a Pois

En octobre dernier, j’avais pris une bonne résolution. Celle de reprendre activement l’écriture de ce blog. L’envie de poser des mots quelque part, de partager, de raconter, de phosphorer autour de mon quotidien. Et puis voilà, le 18 octobre 2017 (ils sont passés où ces 365 derniers jours ?!), une jolie nouvelle m’a fait reconsidérer mes ambitions. Un heureux évènement s’étant installé dans le creux de mon nombril : j’étais de nouveau enceinte. Une jolie résolution pour le blog aussitôt envolée donc, mon esprit étant un peu perturbé par cette nouvelle…

Électrochoc, c’est le mot juste. Ces deux petites barres bleues sur ce bâtonnet en plastique nous ont fait passer par toutes les émotions. Joie, surprise, euphorie, tristesse, culpabilité. Pas facile de réaliser à ce moment-là ce qu’il nous arrive. Pas facile de ne pas se demander s’il n’est pas un peu trop tôt. Pas facile de ne pas se replonger dans nos souvenirs encore très sensibles. Pas facile de ne pas s’inquiéter pour notre avenir. « Et si ça recommençait ? ».

Pourtant, cette grossesse était souhaitée et attendue. Rêvée même. Nous avions beaucoup réfléchis avant de recommencer les essais car pour nous, il était essentiel de pouvoir rebâtir quelque chose de neuf sur les ruines de nos petits cœurs en miette. Nous étions prêts. Mais on osait à peine croire qu’il était possible qu’une nouvelle grossesse se mette en place si rapidement. Quelques semaines à peine « après », des semaines qui se comptent sur les doigts des deux mains. Mais on a su vraiment apprécier la nouvelle, se dire que, cette fois-ci, la chance serait avec nous, en croisant fort fort fort les doigts pour que ce soit vrai.

Si je reviens ici aujourd’hui, c’est que j’ai besoin de mettre – une fois de plus – des mots sur notre histoire. Des mots qui pourront peut-être en aider d’autres qui traversent cette même tempête, ou même ceux qui sont directement moins concernés. Je ressens le besoin d’apporter mon témoignage sur ce sujet si sensible et si tabou qu’est le deuil périnatal, avec le recul que j’ai aujourd’hui vis-à-vis de notre histoire et de notre reconstruction. Aujourd’hui, j’ai besoin de rendre tout cela « utile », peut-être pour continuer de parler de notre fille, peut-être pour ne pas oublier – si tant est que ce soit possible – peut-être pour me faire du bien car même si le suivi psychologique était recommandé, j’ai décidé de ne pas le faire. En tout cas, pas de cette manière. Je ne sais pas encore comment l’aborder car on ne va pas se le cacher, ce n’est pas le sujet le plus funky de la planète. Mais lire les histoires des autres m’a beaucoup aidé, alors à mon tour de donner un peu de moi pour les autres 🙂 Et puis, je vous promets de parler de plein d’autres choses aussi ! Cette deuxième grossesse notamment. On se dit à bientôt alors  ?

x

Découverte Juillet - Le Carnet à Pois