Aujourd’hui, je vous écris enfin l’île Maurice. J’ai envie de vous parler de sa douceur, de ses couleurs, de son ambiance. C’était il y a bientôt 3 semaines pour nous, déjà (soupir). Nombre d’images me traversent encore l’esprit, ces souvenirs de camaïeux turquoises, de fonds marins multicolores et de surprenants champs d’ananas, de soirées passées à se laisser aller au bruit des vagues ou à regarder le très festif Sega,  la danse traditionnelle mauricienne. Ces vacances-là, on en avait rêvé car dernièrement, nos voyages étaient plutôt orientés sur la marche, les visites et les kilomètres avalés, sans vraiment penser à se reposer. Et mine de rien, je crois que cela m’avait manqué !
x
Pictos coquillage - Ile Maurice - Le Carnet à Poisx
Départ un dimanche après-midi, sous le ciel gris de Paris et sa pluie battante, tellement désespérante. Mais dans nos esprits, le soleil est déjà là. Rien de tel que de mettre quelques maillots de bain, serviette de plage et t-shirts légers dans une valise pour se projeter !x

Les 12 heures de vol passent bien. Étonnement bien (peut-être échaudés par les 26 heures de notre précédent voyage en Nouvelle-Zélande ?). Un premier stop nocturne à l’aéroport international de Dubaï avant d’atterrir une seconde fois sur le tarmac de Sir Seewoosagur Ramgoolam, l’aéroport de l’île Maurice. La matinée est déjà bien entamée ici. Avec nos petits yeux rougis par le manque de sommeil, on enregistre les premières souvenirs. Autour de nous, on entend l’accent créole. On entre-aperçoit de jolies images sur les comptoirs des groupes touristiques. Et surtout, on se défait bien vite de nos couches hivernales car, diable qu’il fait bon ici !

x
Voyage à l'île Maurice - Le Carnet à Pois (28)x
Nous avons maintenant 1 heure de taxi devant nous avant de rejoindre notre hôtel dans le nord de l’île. Une première heure qui nous permet de découvrir les reliefs de Maurice. Quelques monts au loin. Des villes aux façades colorées parsemées ici ou là. Des palmiers, beaucoup de palmiers. Des champs de cannes à sucre à perte de vue. Et puis la côte qui apparaît au loin et ses dégradés de bleus comme on en a rêvé depuis que nous avions choisi Maurice comme destination, il y a 3 semaines de là.
Malgré une irrépressible envie de fermer les yeux, nous restons émerveillés tout au long de la route. C’est donc en un rien de temps que nous arrivons au Véranda Pointe aux Biches, notre point de repère pour les 12 prochains jours. Le concept nous avait plu sur le papier, en réel il s’avère nous séduire tout autant. Des matières brutes, beaucoup de bois, des couleurs douces et du sable fin qui nous chatouille les pieds. On se sent bien, vraiment bien. Après avoir pris possession de nos quartiers, premier réflexe : mettre les pieds dans l’eau de la mer. Une eau si transparente, qui nous impressionnera chaque jour de notre séjour… et enfin, on se détend. Ça y est. Nous y sommes ! Après un rapide grignotage, cela sera la fin de notre première journée où Morphée viendra nous retrouver assez vite malgré les 3 heures seulement de décalage avec la France. On s’endormira avec l’envie de se lever, vite, vite, en meilleure forme pour découvrir les charmes de Maurice…
x

x

 
Le début de notre séjour sur l’île Maurice s’articulera comme cela. Autour de petits bonheurs simples, en mode slow life, à s’émerveiller de toutes nos premières fois ici. Premières baignades, premières rencontres piquantes avec les rayons du soleil, premières odeurs, premières saveurs mauriciennes… Et premières balades. Pamplemousse, Trou aux Biches, Pointe aux Piments… Des noms évocateurs, qui laissent rêveur. Les jours suivants seront ponctués de balades en bateau, visites de terres aux multiples couleurs, découverte de fonds marins, … mais ça, je vous en reparlerai bientôt !
x
x


x
Je vous dis à bientôt pour la suite ?

x

Pictos coquillage 2 - Ile Maurice - Le Carnet à Pois

Cet article vous a plu ? Ne ratez rien en me suivant sur Facebook, Twitter, Instagram, Hellocoton et Pinterest !